mardi 6 mars 2007

Mais quel grand-père! (À l'érable...)

Je suis présentement à plusieurs milliers de kilomètres de ma terre natale, le Québec, mais je peux, de Londres, imaginer la température qui s'y réchauffe lentement, préparant l'arrivée du printemps. Et je vois toute cette sève quitter le calme des racine pour lentement remonter vers l'arbre lui-même, pour fournir l'énergie nécessaire pour la reprise du métabolisme et la feuillaison...
Imaginez ces terres d'érables matures, où les acériculteurs entailleront l'écorce et la chair de l'arbre, pour y placer les goutterelles qui recueilleront le précieux nectar, cette eau d'érable qui sera bouillie pour en concentrer les sucres, jusqu'à l'obtention d'un sublime sirop. SIROP D'ÉRABLE, je rêve à toi!
Je rêve d'une journée à la «cabane à sucre», où «matante» Lise fera des grands-pères dans le sirop... Mais rassurez-vous. Même si le sirop d'érable a ses sources amérindiennes, vos grands-parents ne courent aucun risque...

Grands-pères dans le sirop comme à la cabane chez tante Lise
  • 375 mL de sirop d'érable
  • 375 mL d'eau (du robinet, pas de l'eau d'érable, quoique si vous en trouvez...)
  • 200 g de farine tout usage
  • 3 c thé de poudre à pâte
  • 1 c tab de sucre
  • 1/2 c thé de sel
  • 50 g de beurre froid
  • 85 mL de lait
  • 2 oeufs

Tout d'abord, démarrer la musique. Bienvenue à la cabane.



Dans un grand chaudron qui pourra loger vos jolies petites boules de pâte, à couvert, amener à ébullition le précieux sirop et l'eau, pendant que vous préparez la pâte. Ne le laisser tout de même pas s'évaporer!
Dans un petit bol, battre les oeufs légèrement, puis battre avec le lait pour homogénéiser. Réserver.
Dans un grand bol, mélanger les ingrédients secs tamisés. Couper le beurre avec ces derniers. Vous pourriez aussi faire cette étape au robot. Lorsque le mélange a une texture grumeleuse assez homogène, creuser un puit au centre. Ajouter le mélange de lait et oeufs, et mélanger juste assez pour que la pâte s'assemble.
Aumenter le feu pour amener le sirop à ébullition , puis déposer de petite boules de pâtes d'1 c thé à 1 c tab, selon votre préférence, dans le sirop. Couvrir, ramener à ébullition, puis baisser le feu pour mijoter une douzaine de minutes (plus ou moins selon la taille de vos grands-pères). Vous obtiendrez de succulentes boules de pâte dans le sirop, lequel s'épaissira au fil de la cuisson et pénétrera un peu la pâte. C'est tout simplement péché!
P.S. Il est 16h04. Je reviens de faire quelques emplettes et j'ai croisé une pinte de cidre de pomme sur ma route... Je me suis dit qu'une fois réduit de moitié, un bon cidre pourrait donner une touche «apicole» (comme dans «pomme» et «piccoler»...) à ces charmants grands-pères! Si vous essayez, remplacer l'eau par du cidre de pommes et donnez m'en des nouvelles, ce sera pour moi une nouveauté.

7 commentaires:

Tiuscha a dit…

Il y a des jours comme ça où plus c'est péché, meilleur c'est ! Il cette recette est franchement damnable !

Muriel a dit…

Oh super quelqu'un d'autre sur Londres !

Stéphane a dit…

Tiuscha : vous me donnerez des nouvelles de votre séjour en enfer!

Muriel : vous pourrez donc suivre ces chroniques en direct! Et donner des suggestions d'endroits à fréquenter... Merci d'avance!

Fabienne a dit…

Merci pour cette jolie chanson si dépaysante ! J'adore le sirop d'érable que mes amis québecois m'adressent en canette !

mickymath a dit…

huuuuuuuuuuuuuuuuuuuuum!!! ça me plairais vraiment d'essayer cette recette!! bises micky

Stéphane a dit…

Mickymath : Allez-y essayez-la! Démarrez la musique (en cliquant sur le petit triangle blanc sur fond orange dans l'encadré sous «tout d'abord, démarrer la musique») et vous n'aurez plus le choix!

mickymath a dit…

et bien voilà!!! je suis revenue et j'ai écouté cette musique entrainante!!! super!!! j'en ferais un jour de ces ""grands pères"" riiire!! ça me fais riiire le nom!! mais ça doit être boooon!! je viens de faire un gros gateau, donc c'est pas pour aujourd'hui!!! biiiiises micky